Cinq secrets pour bien planifier sa relève

Selon des statistiques récentes d’Industrie Canada, près de 50 % des propriétaires de petites et moyennes entreprises sont âgés de 50 à 64 ans.

Selon des statistiques récentes d’Industrie Canada, près de 50 % des propriétaires de petites et moyennes entreprises sont âgés de 50 à 64 ans. On estime que 70 % des entrepreneurs prendront leur retraite au cours des dix prochaines années. Pourtant, seulement 30 % de ces futurs retraités ont planifié leur relève.

La planification de la relève est importante. Un manquement à cet égard pourrait vous obliger à vendre votre entreprise bien en deçà de sa valeur, sans parler des pertes d’emploi, des conflits familiaux et des procédures judiciaires. En planifiant tôt, vous pourrez prendre les meilleures décisions pour l’avenir de votre entreprise, et vous aurez le temps de les mettre en œuvre.

Quels sont les incontournables de la planification de la relève? Les conseils suivants vous aideront à préparer une transition sans accroc.

1. Établir un échéancier

Le transfert de votre entreprise à un membre de votre famille ou à un acheteur est un projet à long terme et doit être mené comme tel. Une fois que vous connaissez votre but, décomposez le processus qui vous y amènera en étapes réalisables. Définissez vos objectifs à court terme et établissez les jalons clés. Vous devez établir un échéancier raisonnable pour planifier et mettre en œuvre les changements,  et vous y tenir.

Comme la planification successorale, la planification de la relève pose un grand défi d’ordre psychologique. C’est qu’il est difficile pour un propriétaire d’envisager l’avenir de son entreprise sans lui. Établir un échéancier vous aidera à mettre de côté les émotions liées au fait de quitter votre entreprise et à rester positif, parce que vous poserez des gestes concrets pour protéger votre entreprise et vous préparer un avenir confortable.

2. Déléguer efficacement

Beaucoup d’entrepreneurs ont également de la difficulté à déléguer. Or il est crucial de donner à son successeur le temps de faire ses premiers pas comme dirigeant,  quitte à le laisser prendre des décisions difficiles et faire quelques erreurs. N’oubliez pas que pour assurer le succès à long terme de votre entreprise, votre successeur devra apprendre à faire votre travail aussi bien que vous. S’il en est capable, il y arrivera. Sinon, c’est une bonne chose de le savoir rapidement. Vous pourrez ainsi déterminer l’encadrement ou la formation nécessaire, ou bien trouver un meilleur candidat.

3. Rester discret

Vendre une entreprise n’est pas comme vendre une maison. Il vaut mieux rester discret et en parler seulement à votre courtier. Si vos partenaires ou vos employés découvrent votre plan trop tôt, cela pourrait entraver la vente. La confiance de l’acheteur peut aussi s’envoler si les clients ont vent de la nouvelle, parce que cela pourrait avoir une incidence sur les profits. De plus, vos employés pourraient vous quitter s’ils ont peur de perdre leur emploi.

4. Réunir une équipe de conseillers

Les conseillers professionnels vous aideront à envisager vos options, à prendre des décisions et à mener à bien la vente de votre entreprise, pas à pas. Leur apport est important, car élaborer un plan efficace de transfert de propriété n’est pas chose facile. Vous aurez besoin de conseils fiscaux et juridiques, ainsi que d’une expertise en planification financière personnelle et en évaluation d’entreprises.

5. Élaborer un plan financier

Un propriétaire d’entreprise doit être au fait des méthodes les plus fiscalement avantageuses pour tirer un revenu de son entreprise, et ce, de ses débuts jusqu’à sa vente. L’apport de conseillers, par exemple un planificateur financier, un comptable, un avocat ou un expert en gestion de patrimoine, peut avoir une grande incidence sur vos finances personnelles au cours de votre vie.

Et maintenant?