Exporter : les premiers pas

Élargir vos activités à l’étranger présente plusieurs avantages, notamment la réduction de votre dépendance aux ventes sur le marché intérieur.

Élargir vos activités à l’étranger présente plusieurs avantages, notamment la réduction de votre dépendance aux ventes sur le marché intérieur.

Mais il ne faut toutefois pas négliger les risques, entre autres juridiques et financiers, associés à l’exportation. Cet article explore certains des éléments à considérer lorsqu’on fait ses premiers pas comme exportateur.

Apprendre la culture

Le succès que votre entreprise connaît au Canada ne se reproduira pas forcément à l’étranger, où la culture et les règles qui en découlent pourraient s’avérer très différentes.

Comme il y aura une période d’acclimatation, vous devrez investir temps, efforts et argent pour réaliser des profits à l’étranger.

Faire ses recherches

L’exportation peut être une stratégie efficace pour stimuler la croissance. Mais, comme pour toute autre stratégie, vous devez faire les recherches et les consultations nécessaires avant de décider si elle convient à votre entreprise.

À ce sujet, faites appel aux services et à l’expertise d’Exportation et développement Canada.

Évaluer les risques

Il est important de connaître les dommages que pourrait subir votre marque, et donc votre entreprise, si votre vérification préalable du marché étranger que vous ciblez n’est pas assez minutieuse. Le cas échéant, vous pourriez :

  • croire à tort que votre marque véhicule le même message là-bas qu’au Canada;
  • opter pour des canaux de diffusion inefficaces, ce qui entraînerait de mauvaises ventes;
  • sous-estimer le temps et l’argent nécessaires pour vous y implanter, c’est-à-dire pour faire connaître votre marque et permettre aux clients éventuels de l’essayer et de l’adopter.

Votre entreprise a-t-elle la structure, la culture et les processus adéquats pour se lancer dans l’exportation?

Découvrez notre éventail de services à l’exportation, qui peuvent ajouter de la valeur à vos activités à l’étranger.

Se concentrer d’abord sur un seul marché étranger

Pour augmenter vos chances de réussite, misez d’abord sur un seul marché avant d’en cibler d’autres. Exporter implique différentes contraintes, par exemple les suivantes :

  • Coûts : Vous pourriez avoir à vous endetter pour financer votre entrée sur les marchés étrangers avant d’en dégager des profits.
  • Temps : Puisqu’il est peu probable que tout aille comme sur des roulettes dès le début, vous serez plus sollicité.
  • Charge de travail : En étendant vos activités à l’étranger, vous alourdirez votre charge de travail.

En ne visant qu’un marché, vous pourrez conserver une assise solide chez vous, ce qui vous permettra de soutenir, voire de financer vous-même vos exportations.

Maintenir une assise solide au Canada

Mesurez les risques pour vos activités actuelles, qui consistent probablement à servir une clientèle locale – celle-là même qui est au cœur de votre réussite. Une expansion à l’étranger serait-elle une distraction? Avez-vous les ressources nécessaires pour y arriver? Votre équipe est-elle prête à relever le défi? Avez-vous assez d’argent?

Vous devez donc voir si votre entreprise est capable de continuer à servir sa clientèle actuelle tout en l’élargissant à l’étranger.

Protéger sa propriété intellectuelle

Il peut vous coûter cher de penser que les marques, les brevets ou les dessins industriels protégés au Canada le sont aussi à l’étranger. En fait, les droits de propriété intellectuelle (PI) reconnus dans un pays ne le sont pas nécessairement ailleurs.

Quant aux droits d’auteur, ils offrent une protection plus large dans nombre de pays. Cela dit, le marché où vous introduirez votre propriété intellectuelle inédite peut être exempt de réglementation – et le piratage pourrait alors entraîner la faillite de votre entreprise.

Par exemple, épargnez-vous de sérieuses difficultés en vous assurant qu’aucune autre entreprise active sur le marché que vous visez n’utilise une marque semblable à la vôtre.

Consulter un expert

Adressez-vous à un expert, un avocat spécialisé par exemple, pour obtenir des renseignements et des conseils sur la protection de votre PI à l’étranger.

Pour en savoir plus sur les questions de PI, visitez le site de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle.

Et maintenant?