Accepter l’argent de la famille

Ceux qui vous aiment et qui croient en vous ne vous poseront sans doute pas des questions aussi ardues que celles d’un prêteur commercial ou d’un investisseur.

Parce que vous comptez pour les membres de votre famille, il peut être facile de leur demander de l’argent.

Ceux qui vous aiment et qui croient en vous ne vous poseront sans doute pas des questions aussi ardues que celles d’un prêteur commercial ou d’un investisseur. Au contraire, ils sont même susceptibles de vous donner l’argent dont vous avez besoin sous bien peu de conditions, voire aucune.

Or, cette absence de vérification préalable présente des risques pour celui qui reçoit l’argent comme pour celui qui le donne. Voici donc des points à envisager avant d’accepter les fonds d’un parent ou d’un ami.

Choisir le financement par emprunt ou par actions?

Un parent qui vous « donne » de l’argent pour votre entreprise peut rester vague sur le type de financement qu’il vous accorde, et sur ce qu’il achète en fait. Déterminez au préalable selon quelle catégorie vous traiterez les fonds que vous recevrez.

Financement par emprunt

Un emprunt est un montant prêté qui porte généralement intérêt (certains parents prêteurs n’en exigent pas). Dans ce cas, vous devez spécifier :

  • le délai de remboursement;
  • la méthode de remboursement;
  • les intérêts à verser, s’il y a lieu.

Attention avant de proposer une garantie, qui peut mettre en jeu vos actifs personnels.

Est-ce qu’on prête de l’argent à vous, ou à votre entreprise? Si on vous le donne personnellement pour que vous l’investissiez dans votre entreprise, cela aura une incidence sur votre patrimoine; sinon, cela ne concernera que votre entreprise. Il faut donc que ce soit clairement établi.

Financement par actions

Le financement par actions revient à partager la propriété de votre entreprise. Cependant, l’actionnariat soulève des questions, et parfois des problèmes.

Par exemple, votre parent recevra-t-il des actions ordinaires (avec droit de vote) en contrepartie de son investissement? Ou émettrez-vous des actions privilégiées qui lui procureront des dividendes? Qu’arrivera-t-il s’il vend ou transfère ses actions?

Si quelqu’un achète des actions de votre entreprise, il devient votre partenaire. Pour cette raison, vous préférerez peut-être traiter les fonds comme une dette que votre entreprise doit rembourser. Consultez à ce sujet votre équipe de conseillers.

Définir les attentes

Votre maman ne demandera sûrement pas à voir votre plan d’affaires avant de vous remettre un chèque. Elle aurait pourtant intérêt à le faire, parce que la présentation de votre plan et les échanges qui s’ensuivent permettent de mieux définir les attentes de vos investisseurs ou de vos prêteurs. Vous devriez donc montrer votre plan d’affaires et l’expliquer clairement.

L’aspect plus informel des transactions entre les membres d’une famille peut susciter des attentes asymétriques. Ainsi, votre père pourrait croire que vous ne parlez pas vraiment affaires et que vous le rembourserez quand vous pourrez, c’est-à-dire qu’il s’attend à recevoir un chèque après votre prochaine vente.

Quant à vous, vous pourriez croire que vous allez rembourser par petits versements mensuels, quand vous aurez atteint un flux de trésorerie positif.

Assurer une communication claire

Une communication ouverte entre les deux parties permet de bien définir :

  • les attentes par rapport au remboursement;
  • toute participation ou tout droit de regard concernant les activités de l’entreprise.

Protéger sa relation

Un jour, une entrepreneure a accepté l’argent de son père. Elle avait judicieusement ajouté cette clause au contrat de prêt : « Papa ne peut parler de l’entreprise ni du prêt pendant les réunions de famille. »

Le connaissant bien, elle a voulu établir des limites pour protéger le plus important : sa relation avec son père.

Voir plus loin que la personne

Vous acceptez des fonds de votre tante Rose. Elle est sensée et gentille, croit en vous et en votre projet.

Et si elle mourait? Votre prêteur aurait alors un nouveau visage : sa succession. Ce retournement ferait que vous auriez peut-être affaire à :

  • des avocats;
  • des comptables;
  • ses héritiers plutôt antipathiques, pressés que vous remboursiez votre dette.

L’argent va au-delà des relations. Envisagez divers scénarios et leurs conséquences sur vous et votre bienfaiteur.

Mettre tout par écrit

Vous savez ce qu’on dit : les bons comptes font les bons amis.

Vous mettriez peut-être votre vie entre les mains de votre cousin Jean, de votre tante Suzanne ou de votre mamie Louise. En affaires par contre, vous devez les traiter comme des étrangers. C’est pourquoi vous devez rédiger un contrat de transaction.

L’argent peut tout changer. Il est donc primordial que les parties disposent d’un contrat en bonne et due forme, lequel doit être signé avant le transfert des fonds. Un contrat protège aussi votre famille, qui connaîtra ainsi ses droits si quelque chose arrivait à vous ou à votre entreprise.

Faire appel à un avocat

Engagez un avocat qui vous aidera à mettre au point un contrat, et insistez pour que vos parents prêteurs prennent connaissance du document avec leur propre conseiller.

Et maintenant?

Planifiez le démarrage

Vous songez à démarrer votre propre entreprise et vous aimeriez obtenir quelques conseils pour vous assurer que vous êtes sur la bonne voie.

Ok

Démarrer votre entreprise

Vous avez concrétisé votre projet d’entreprise et vous souhaitez obtenir des conseils pour vous aider à assurer la réussite de cette transition.

Ok

Donnez de l’expansion

Vous êtes en affaires depuis plus de deux ans? Déterminez les prochaines étapes essentielles à l’expansion de votre entreprise.

Ok