Le temps est venu d’ouvrir votre cabinet

Vous êtes prêt à ouvrir votre propre cabinet? Apprenez comment choisir votre emplacement, votre structure commerciale et votre source de financement.

Avez-vous déjà rêvé de devenir votre propre patron?

Que vous soyez un jeune diplômé ou que vous ayez acquis de l’expérience en travaillant pour un autre membre d’une profession libérale, il y a assurément des avantages à se lancer en affaires.[1] Vous pouvez bénéficier d’un horaire de travail flexible,  d’une plus grande part des profits et de la satisfaction de tracer la voie unique de votre carrière.

Si vous avez pris la décision de vous lancer maintenant, vous devez être bien préparé. Au nombre des points à surveiller figurent le choix d’un emplacement gagnant, l’investissement dans des équipements de qualité et éventuellement la sélection d’employés. Vous devrez aussi prendre des décisions importantes concernant votre structure d’affaires et votre mode de financement.

Poursuivez la lecture afin d’approfondir ces éléments importants avant d’ouvrir votre cabinet professionnel.

Entreprise individuelle, société en nom collectif ou société par actions?

En tant que propriétaire d’une nouvelle entreprise, vous devrez inscrire votre entreprise auprès de l’Agence du revenu du Canada (ARC), demander un permis ou une licence aux autorités locales, le cas échéant, et vérifier la réglementation mise en place par votre ordre professionnel.

Par la suite, vous serez en mesure de pouvoir décider quelle sera la meilleure structure d’affaire pour votre nouveau cabinet.

Vous pouvez vous établir en tant qu’entreprise à propriétaire unique, société en nom collectif avec l’un de vos pairs ou société professionnelle. Chacune de ces options comportent ses avantages et inconvénients.[1]

  • Une entreprise à propriétaire unique stipule que le propriétaire est entièrement responsable de son entreprise. Vous récoltez donc tous les profits, mais vous vous retrouvez seul à rembourser toutes les dettes liées à votre entreprise. Bien que vous ayez la possibilité de déduire les pertes d’entreprise de votre revenu, vous pourriez devoir payer plus d’impôts que si votre entreprise est constituée en société par actions.[2]
  • Une société en nom collectif comprend au moins deux membres d’une profession libérale qui font équipe  pour servir leurs patients ou clients sous la même bannière. Dans ce cas, vous partagez les responsabilités, les coûts et les risques avec votre partenaire. Une société en nom collectif à responsabilité limitée est normalement disponible uniquement pour un groupe de professionnels tel que des avocats, des comptables ou des médecins. Vous pouvez choisir votre nom commercial, par exemple «Clinique dentaire du Grand Nicolet».  Par contre, vous êtes exposé à des difficultés liées à des divergences, notamment si l’un des partenaires décide de quitter la société.
  • Une société professionnelle peut être une structure attirante parce qu’elle permet normalement des possibilités de structures fiscales pour les actionnaires, une protection juridique  potentielle et un taux d’imposition moins élevé. Toutefois, cette structure d’affaire ne vous protège pas des réclamations pour faute professionnelle. Consultez votre assureur à ce sujet. Une société professionnelle est également régie par les règlements de votre ordre professionnel. Vous devez donc bien vous renseigner auprès de votre comptable et votre conseiller juridique. L’incorporation peut être un processus coûteux, car les frais de constitution sont plus élevés  que pour une société à propriétaire unique et vous êtes tenu de produire une déclaration de revenus de société chaque année.

Vous pouvez obtenir des renseignements complémentaires sur les différentes structures d’entreprise dans le site Web de Réseau Entreprises Canada. Un conseiller, Petites entreprises, de la Banque Scotia peut également vous offrir de précieux renseignements pour le démarrage de votre tout nouveau cabinet.

Financez votre rêve

Le financement pour la mise sur pied d’un cabinet préoccupe la plupart des professionnels qui débutent leur carrière. D’abord, la plupart des jeunes diplômés terminent leurs études avec d’importantes dettes. Et deuxièmement, la création d’un cabinet requiert un apport substantiel de capitaux.

Si vous ne connaissez pas les dépenses courantes liées à la mise sur pied d’un cabinet, vous serez peut-être surpris des coûts que cela représente :[3]

  • Ouverture du cabinet (p. ex. : améliorations locatives, meubles, équipement et salaires) – environ 100 000 $.
  • Création d’une société professionnelle – environ 5 000 $.
  • Achat ou location d’un véhicule – environ 40 000 $.

Vous pouvez économiser de l’argent grâce au plan Professions libérales Scotia. Il s’agit d’un forfait bancaire complet et pratique assorti de frais mensuels modiques conçu pour vous aider à gérer vos besoins bancaires d’affaires.

Prochaine étape vers le succès!

À la Banque Scotia, nos conseillers comprennent l’importance des décisions que vous aurez à prendre. Ils sont prêts à vous aider, tels les milliers de professionnels comme vous qu’ils ont aidés à franchir la prochaine étape vers l’ouverture de leur nouveau cabinet. 

Obtenez plus de conseils et de ressources pour votre entreprise et renseignez-vous sur les solutions de financement disponibles en rencontrant un conseiller, Petites entreprises, de la Banque Scotia dès aujourd’hui.

[1] Chaque profession possède ses propres règles et directives relativement aux structures d’entreprise. Veillez à consulter un spécialiste juridique afin d’être assuré de satisfaire aux normes de votre profession.

[2] Rencontrez un planificateur fiscal pour mieux déterminer comment structurer votre entreprise.

[3] Les coûts sont indiqués à titre d’exemple seulement. Vos coûts réels pourraient être différents. 

Planifiez le démarrage

Vous songez à démarrer votre propre entreprise et vous aimeriez obtenir quelques conseils pour vous assurer que vous êtes sur la bonne voie.

Ok

Démarrer votre entreprise

Vous avez concrétisé votre projet d’entreprise et vous souhaitez obtenir des conseils pour vous aider à assurer la réussite de cette transition.

Ok

Donnez de l’expansion

Vous êtes en affaires depuis plus de deux ans? Déterminez les prochaines étapes essentielles à l’expansion de votre entreprise.

Ok